Signification 

"Chemin Farrat"

"CHEMIN FERRE" : cette appellation caractéristique une VOIE romaine, VOIE CALDIE, à certains endroits.

Nous connaissons mieux aujourd'hui la densité du réseau routier de l'antiquité. Il n'est pas douteux que le chemin ferré de Montpeyroux ait toujours été une PENETRANTE ROMAINE importante. 

Après les Gaulois, les Romains occupèrent les routes stratégiques et sûrement les aménagèrent.

L'antique DRAILHE ( voie de transhumance) franchissait le fleuve HERAULT et le LAGAMAS, à gué , faisait étape à la source chaude et progressait en direction des  cols vers les herbages du  centre. Les   Thalwegs ROUBIGNOU et du VAL DURAND sont dominés par les lieux habités ( vers moins 2000 av. notre ère ) véritable vigies !

Le chemin devenu "ferré" sous les romains prend une importance réelle. La source chaude est exploitée, des vestiges le confirment. Des habitations se groupent au lieu dit " LES HERMS " Des vétérans légionnaires s'établissent : VILLEA des THERONS Aujourd'hui disparue, ADICIANO et AMELIANUM ; villéa auxquelles ont succédé les bourgs modernes. Les HERMS deviennent St Stéphanie dès le III ème siècle et ST Etienne par la suite. Des vestiges de l'occupation WISIGOTHIQUE des IV et Vème siècle ( sépultures, bijoux de cuivre principalement ) ont été trouvés à proximité de la voie. 

Le Chemin ferré est déjà fréquenté par les muletiers qui transportent le sel des marais vers le Centre et la poterie " SIGILLEE " de la GRAUFESENQUE de Millau, en retour. Un champs dit de la potière en bordure de VOIE y recèle une " mine " de débris de poteries. 

Durant tout le MOYEN AGE, ce chemin est cité dans les documents. La " SOURCE DE SANTE "devient propriété communautaire au XIII -ème siècle. Une construction importante encore en parfait état dite le Mas de CLE est attenante au chemin. Les CLES PETITS NOBLIAUX appréciaient donc cette voie très passante.